1er juillet 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers

Après être entrée dans Alep avec l’aide de la Russie, l’armée syrienne peut tourner ses regards vers Raqqa

lundi 8 février 2016 - 06h:50

Robert Fisk

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


La situation a changé du tout au tout, et maintenant ce sont les rebelles qui se retrouvent encerclés, avec des dizaines de milliers de civils dans leur secteur de la ville.

JPEG - 78 ko
Un homme réconforte un garçon au milieu des décombres des bâtiments suite à une frappe aérienne sur le quartier d’al-Kalasa tenu par les rebelles dans la ville syrienne nord d’Alep - Photo : AFP

Après avoir perdu jusqu’à 60 000 soldats en cinq ans de combats, l’armée syrienne a soudainement remporté sa plus grande victoire de toute la guerre – en réussissant à traverser Jabhat al-Nusra et les autres forces rebelles installées autour d’Alep avec l’aide des frappes aériennes russes autour de la ville, scellant de ce fait le destin de la ville.

Les lignes d’approvisionnement des rebelles vers Alep, en provenance de la Turquie, ont été coupées, mais cela ne veut pas dire que l’histoire est finie. Depuis de nombreux mois, les autorités militaires du régime - ainsi que des dizaines de milliers de civils, dont de nombreux chrétiens - sont piégées à l’intérieur d’Alep, à la merci des bombardements et des tirs de mortier des combattants de Nusra qui les encerclaient jusqu’à ce que l’armée ouvre la principale route vers le sud.

Pendant cette période, on ne pouvait arriver à Alep qu’en avion parce que l’armée tenait une étroite langue de terre menant à l’aéroport – j’y quitté la ville une nuit dans un avion militaire plein de soldats syriens blessés.

Mais la situation a changé. Ce sont les rebelles qui sont maintenant encerclés, avec des dizaines de milliers de civils dans leur secteur de la ville - mais ils n’ont pas d’aéroport à leur disposition.

Si l’on en juge par les autres batailles menées dans cette guerre effroyable, il est peu probable que l’armée syrienne mène une offensive pour reprendre la plus grande des villes syrienne ; il y aura plutôt un siège lent et étouffant pour contraindre les insurgés à se rendre.

Dans un retournement ironique de l’histoire récente, les deux villages chiites de Nubl et de Zahra - dont la population avait été isolée et affamée par les rebelles durant trois ans, avec comme seule nourriture, ce que les avions militaires syriens leur larguaient- ont été repris par l’armée syrienne.

Les chiites, co-religionnaires du peuple alaouite dont est issu le président Bachar al-Assad, ont été coincés dans plusieurs villages de la région, et leur sort a été largement passé sous silence par les médias.

Maintenant, ce les gens qui se trouvent dans la partie tenue par les rebelles d’Alep qui vont souffrir du même sentiment d’isolement –ainsi que des obus de leurs assiégeants. Il a toujours été possible d’aller et venir entre les deux secteurs de la ville – cela va-t-il désormais être interdit ? Et qu’en sera-t-il des dizaines de milliers de civils qui fuient vers la Turquie, au nord ?

La guerre n’a pas tout de suite gagné Alep. Par une sorte de miracle historique, elle est restée en dehors du conflit jusqu’en 2012, lorsque les rebelles – sur le chemin de Damas – ont réussi à infiltrer la ville antique. Ses rues ont ensuite été détruites au cours des mois de combats. Maintenant, il semble qu’elle soit la première des grandes villes syrienne à retomber entre les mains du gouvernement. Que va-t-il arriver maintenant ? La reconquête de la ville romaine de Palmyre ? Le nettoyage des territoires autour de Deraa (dont Lawrence d’Arabie a fait la renommée) ?

Et, ce qui est beaucoup plus important, dans combien de temps l’armée syrienne, ses alliés du Hezbollah et l’armée de l’air russe vont-ils mettre le cap sur Raqqa, la « capitale » d’Isis ?

Isis, qui détient Palmyre, doit être grandement préoccupé des développements de ces dernières heures. L’éternel « califat islamique » sunnite en Syrie ne semble plus tout à fait aussi éternel. Est-ce la raison pour laquelle les Saoudiens sunnites ont tout à coup proposé d’envoyer des troupes au sol en Syrie ? Et pourquoi les Turcs sont-ils si énervés ? Je doute qu’à l’heure actuelle, qui que ce soit se lamente dans l’Iran chiite.

En tous cas, l’armée saoudienne a déjà de gros problèmes avec sa guerre ignominieuse au Yémen. Quant à l’éventualité que les Turcs envoient leurs propres soldats de l’OTAN de l’autre côté de la frontière syrienne - au risque d’être attaqués par les Russes – ce serait un cauchemar que Washington et Moscou doivent éviter. Faute de quoi, on se retrouvera dans une situation de type Gavrilo Princip - et nous savons tous ce qui est arrivé en 1914.

* Robert Fisk est le correspondant du journal The Independent pour le Moyen Orient. Il a écrit de nombreux livres sur cette région dont : La grande guerre pour la civilisation : L’Occident à la conquête du Moyen-Orient.

Du même auteur :

- Les dictateurs saoudiens fêtent la nouvelle année par un bain de sang - 4 janvier 2016
- Après les attentats de Beyrouth, la résistance libanaise promet « une longue guerre » contre l’EI - 17 novembre 2015
- Syrie : la Russie envoie des troupes au sol pour combattre l’Etat islamique - 30 septembre 2015
- Notre humanité perdue ? - 1e septembre 2015
- Comment rendre présentable une bande criminelle ? - 17 juin 2015
- L’État islamique commet un massacre dans la ville syrienne sacrée de Palmyre : récits de survivants - 9 juin 2015
- Iran : Obama se dégonfle et laisse Netanyahu en pleine confusion - 24 janvier 2015
- Bingo ! L’Occident a trouvé sa guerre perpétuelle - 15 septembre 2014
- Du vol ! Purement et simplement... - 6 septembre 2014
- Les journalistes d’Al Jazeera servent de boucs émissaires dans le conflit entre le Qatar et l’Arabie saoudite - 3 juillet 2014
- Racisme ibérique : pas de « droit au retour » pour les Musulmans - 16 mai 2014
- Autrefois, le monde arabe était synonyme de pluralisme - 25 février 2014

5 février 2016 - The Independent - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.independent.co.uk/voices...
Traduction : Info-Palestine.eu - Dominique Muselet


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.