7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Gaza laissé à l’abandon... Le Hamas envisage de former un gouvernement d’urgence

lundi 14 juillet 2014 - 06h:30

MEE

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Un haut responsable du Hamas a déclaré samedi que le groupe envisageait de former son propre gouvernement à Gaza, dirigé par les factions palestiniennes. Il a exprimé sa frustration vis-à-vis du gouvernement d’unité nouvellement formé.

JPEG - 75.9 ko
Dans le camp de réfugiés de Jabalya ce vendredi, des partisans du Hamas manifestent contre le meurtre d’un adolescent palestinien et contre les attaques israéliennes sur la bande de Gaza - Photo : AFP

Le Hamas a commencé à consulter les factions nationalistes et islamistes dans la bande de Gaza, alors qu’il explore la possibilité de former un nouveau gouvernement. Le gouvernement d’union a « « échoué » à remplir un vide politique dans la bande de Gaza, a déclaré à l’agence Ma’an Ahmad Youssef, un haut responsable du Hamas.

« Nous parlons d’une direction représentant toutes les factions pour empêcher le chaos et résoudre la crise des salaires pour les fonctionnaires de la bande de Gaza », a-t-il dit, cité par Ma’an. « Il y a un vide politique dans la bande de Gaza qui crée une atmosphère de chaos et d’insécurité, tenant compte du fait que le gouvernement de consensus national n’a pas pris même une seule initiative pour mettre fin à un désaccord politique. »

Yousef a également accusé Rami Hamdallah, le Premier ministre du gouvernement d’unité, d’être responsable de l’augmentation des tirs de roquettes à partir de Gaza sur Israël au cours des dernières semaines.

« [Hamdallah] a la possibilité de donner des ordres aux services de sécurité pour qu’ils interviennent. Le Hamas n’est plus en charge de la bande de Gaza et il n’est donc pas responsable de la protection des frontières, » di-il encore à Ma’an.

Yousef dit que les forces de sécurité palestiniennes ont [dans le passé] tenté d’empêcher les tirs de roquettes à partir de Gaza, mais sans succès.

« L’agression israélienne motive une réplique, et on ne peut pas demander à ces gens d’arrêter », a déclaré Yousef.

Les membres du nouveau gouvernement d’unité ont officiellement prêté serment le 2 juin, après sept ans d’administrations palestiniennes distinctes en Cisjordanie et à Gaza.

Depuis la formation du gouvernement, il y a eu au moins deux problème importants qui ont aggravé les tensions autour de l’accord d’unité : l’un portant sur les salaires impayés des employés du gouvernement du Hamas à qui un déblocages des salaires a été promis au début du mois de juin, mais qui n’ont pas encore été payé et l’autre sur la coordination de la sécurité avec Israël que l’ex-président palestinien Mahmoud Abbas a récemment décrite comme « sacrée ».

« A Gaza, il y a des ministères sans budgets ainsi que des ministres et les employés qui ne reçoivent pas de salaire », a déclaré Yousef Ma’an. « D’un point de vue moral et national, tout le monde doit travailler pour mettre fin à cette situation. »

Le cabinet israélien a rejeté le gouvernement d’unité, dès sa formation, en disant qu’il ne mènerait pas de négociations de paix avec la coalition Fatah-Hamas, et a exhorté la communauté internationale à ne pas reconnaître le gouvernement palestinien. ***

« J’appelle tous les éléments responsables au sein de la communauté internationale à ne pas se presser de reconnaître le gouvernement palestinien dont fait partie le Hamas », a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant son cabinet au début de juin, en disant qu’une telle mesure « renforcerait le terrorisme ».

Les tensions ont fortement augmenté dans la région depuis le 12 juin, à peine 10 jours après que le gouvernement palestinien a été formé, quand trois adolescents israéliens ont disparu dans le sud de la Cisjordanie. Leur disparition a déclenché une vaste opération de recherche et de kidnappings en Cisjordanie au cours de laquelle les forces d’occupation ont enlevé des centaines de Palestiniens et assassinés six d’entre eux.

Netanyahu a déclaré que le Hamas était responsable de la mort des trois adolescents, mais n’a pas fourni publiquement la moindre preuve pour étayer son accusation.

Depuis la semaine dernière, et depuis que des affrontements de rue secouent Jérusalem à la suite de l’enlèvement et l’assassinat d’un adolescent palestinien, tué dans un acte de vengeance pour le meurtre des trois adolescents israéliens, les échanges de roquettes entre les forces israéliennes et les combattants de la résistance à Gaza ont notoirement augmenté.

Le vendredi, des consultations étaient en cours entre l’Égypte et le Hamas dans le but d’arrêter l’escalade de la violence israélienne sur Gaza.

Une source au sein du Hamas a déclaré que le renseignement égyptien avait effectivement négocié un possible cessez-le, même si aucune déclaration officielle n’a été faite à ce sujet.

Sami Abu Zuhri, porte-parole du Hamas, a rapporté que le Hamas a assuré l’Egypte qu’il ne tenait pas à accroître la tension et qu’il a fait porter la responsabilité de l’escalade actuelle à Israël.

Netanyahu avait déjà menacé de répondre « avec force » aux tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, en disant que soit Gazaouis arrêtaient ces attaques, soit ses troupes au sol avanceraient.

5 juillet 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middleeasteye.net/news/r...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.