7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Les cellules d’isolement sont « semblables à des tombes »

samedi 20 août 2016 - 07h:04

Zena Tahhan

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


La Palestinienne Amal al-Sada a passé plus d’un an dans les prisons israéliennes pour avoir tenté de faire passer une carte SIM à son frère emprisonné.

JPEG - 105.8 ko
Amal al-Sada a passé plus d’un an dans les prisons israéliennes - Al-Jazeera

Amal al-Sada, une Palestinienne âgée de 28 ans et originaire de Hébron, avait rendu régulièrement visite à son frère aîné emprisonné pendant plus d’une décennie, avant de décider de tenter de lui communiquer une carte SIM – n’imaginant pas le prix qu’elle paierait pour sa tentative.

Après avoir passé huit mois en résidence surveillée dans la zone de Kseifa du désert du Néguev, Sada a été condamnée à 14 mois de prison en juillet 2015, et condamnée à une amende d’environ 4000 dollars. Il lui a été totalement interdit à l’avenir de visiter à nouveau son frère emprisonné. Celui-ci, qui purgeait une peine de 17 ans pour avoir tenté de poignarder un colon israélien, a écopé de trois ans de prison supplémentaires.

Après sa condamnation, Sada a été placée à l’isolement pendant deux semaines dans la prison de Ramle, puis transférée à la prison de HaSharon pour une durée six mois, et enfin à la prison de Damon pour purger le reste de sa peine. Elle a été libérée la semaine dernière, près d’un mois plus tôt que prévu.

Al Jazeera a parlé avec Sada de son expérience dans le système pénitentiaire israélien.

Placée à l’isolement

Al Jazeera : Pouvez-vous nous parler du temps passé à l’isolement ?

Amal al-Sada : J’étais complètement isolée. Je ne vois pas le jour ou la nuit. C’était comme étant à l’intérieur d’une tombe.

J’y ai passé deux semaines sans pouvoir prendre une douche car la salle de bain était toujours ouverte et directement face à la porte de la cellule, de sorte que si les gardes féminins passaient et regardaient dans la cellule, ils pouvaient voir me laver. Je n’ai pas pris de douche pendant deux semaines.

Ils m’injuriaient hébreu – me traitant de sale et me disant de me doucher. J’ai refusé. Je n’ai même pas eu d’autres vêtements pour pouvoir me changer.

Le plus pénible était quand je demandais de l’eau. J’en demandais dans l’après-midi, et ils me l’amenaient au milieu de la nuit. Je réclamais et réclamais encore, mais ils ne m’en apportaient jamais au moment où je le demandais. Je souffre de diabète, et j’ai besoin d’eau. Donc, j’ai eu recours à l’eau du robinet de la salle de bains.

Ils nous ont beaucoup humiliés.

Harcèlement

Al Jazeera : Comment étiez-vous traitée à l’intérieur de la prison ?

Amal : Ils [les gardiens] étaient difficiles, très difficiles. Je faisais face à l’humiliation, la dégradation, la répression et le harcèlement.

En tant que diabétique, je dois aller à la clinique trois fois par jour pour avoir mes injections d’insuline, alors que mes mains étaient menottées. Ce fut la chose la plus dégradante pour moi – d’avoir à aller à la clinique avec mes mains menottées dans le dos. Le gardien de prison ne me quittait pas une seconde.

J’étais exposée à la violence psychologique et verbale, d’autant plus quand j’allais et revenait de la clinique. Ils me faisait des remarques profondément désobligeantes, [utilisaient] des mots sales qui ne devraient être dits à quiconque, et que je n’oserai jamais répéter.

Le bosta [véhicule aux vitres noircies utilisés pour les transferts de prisonniers] en lui-même est une torture pour le prisonnier.

Le bosta

Al Jazeera : Pouvez-vous parler de ce que vous avez vécu dans ce bosta ?

Amal : Nous serions séparés dans de très petites cellules à l’intérieur du véhicule. Il y a une chaise de métal sur laquelle vous vous asseyez, et la cellule est tellement réduite que vos genoux se cognent contre la porte en métal lorsque vous vous installez.

Nous étions enchaînés aux bras et aux jambes, en position assise. C’était extrêmement douloureux – une torture qui s’ajoutent à toutes les tortures que nous devions déjà endurer.

Les gardiens conduisent brutalement et vite, sans aucun égard pour les prisonniers. Chaque fois qu’ils obliquaient à droite ou à gauche, j’allais me cogner contre les parois métalliques de la cellule.

Il faisait sombre au-delà de ce qui est imaginable à l’intérieur – il y avait quelques petites ouvertures en haut de sorte que si vous vous leviez, vous pouviez à peine distinguer la route.

Après nous avoir enfermés dans chaque cellule individuelle, les gardes montaient avec toutes leurs armes et leurs chiens policiers. Ça sentait horriblement mauvais. J’y étais embarquée quand je faisait appel de ma sentence devant la cour, et quand j’étais transférée de prison en prison.

La vie en prison

Al Jazeera : Quelles sont les conditions de vie à l’intérieur de la prison ?

Amal : Dans la prison de Damon, nous étions 18 femmes dans une seule pièce. Nous partagions une salle de bains, et ils nous ont construit une autre salle de bain après une lutte longue et difficile pour l’exiger.

Les lits étaient d’un demi-mètre de large, et pas assez longs. Je suis grande, trop grande, donc je devais dormir dans des positions inconfortables et difficiles en raison du manque d’espace.

Les chambres ne sont pas du tout équipées d’un de système de chauffage. Nous chauffions l’eau dans une casserole et la versions dans des bouteilles en plastique. Nous pouvions alors placer les bouteilles dans des chaussettes et ainsi ressentir une sorte de chaleur pendant que nous dormions.

Nous pouvions également acheter des couvertures à la cantine avec notre propre argent.

La nourriture était correcte. Ils apporteraient du poisson et de la viande une fois par semaine, des schnitzels deux fois par semaine, et parfois ils apporteraient des köfte. La nourriture était cuite, mais nous la cuisions à nouveau parce qu’elle n’était généralement pas très propre ou pas assez cuite.

Chacune d’entre nous avait un morceau de fruit par jour – ils apporterait surtout des pommes et des poires.

L’organisation de la vie collective

Al Jazeera : Que faisiez-vous la plupart du temps ?

Amal : J’étais la responsable de la pièce. Je passais mon temps à faire en sorte que les autres femmes aient tout ce dont elles avaient besoin, comme la nourriture.

Je lis aussi beaucoup et dit beaucoup de prières. J’ai mémorisé une grande partie du Coran. Au cours du dernier mois, je suis devenu un imam pour les filles. Je dirigeais les prières.

Pendant la journée, nous étions autorisées à aller dans la cour de la prison entre 8 heures et 10 heures, entre 13 heures et 16 heures et 17 heures. Après cela, les portes étaient fermées jusqu’au lendemain.

Tous les trois mois, nous avons été autorisées à renouveler nos vêtements ainsi que deux livres, de façon à en avoir de nouveaux. Nous ne pouvions pas garder plus de deux livres en même temps.

Tous les 15 jours, une visite familiale de 45 minutes nous était autorisée.
Le plus difficile

Al Jazeera : Qu’est-ce qui était le plus pénible pour vous ?

Amal : Mon désir pour ma famille me tuait à l’intérieur. C’était extrêmement difficile quand ils me manquaient. de ne pas être en mesure d’entendre leurs voix ou de les voir.

Al Jazeera : Comment cette expérience vous a-t-elle changée ?

Amal : Je me suis encore plus rapprochée de Dieu. J’ai appris la patience, et la façon de prendre de bonnes décisions. Ma personnalité a considérablement changé.

Du point de vue des émotions, tout le monde autour de moi sait que je ne suis pas heureuse. Mon mental a beaucoup souffert. Bien que ma famille est autour de moi, je me sens encore comme si j’étais seule. Mon esprit est toujours ailleurs, et j’ai beaucoup d’oublis. J’ai demandé à ma famille de me faire rencontrer un psychologue le plus tôt possible.

19 aôut 2016 - Al-Jazeera - Traduction : Chronique de Palestine


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.