1er juillet 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Twitter et Facebook obéissent au doigt et à l’oeil aux autorités d’occupation

dimanche 14 août 2016 - 07h:55

The NewArab

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Tweet bloqués : Twiter « collabore avec Israël dans la censure des messages venus de l’extérieur ».

Dans ce qui est la dernière étape de la collaboration entre les sites de médias sociaux et Israël, l’État sioniste a bloqué pour ses résidents des documents en ligne publiés dans d’autres pays, y compris les États-Unis, a rapporté +972 Magazine ce mardi.

Ces derniers mois, l’Office Cyber Division du procureur général d’Israël a envoyé un certain nombre d’instructions à Twitter pour interdire certains sites de médias sociaux, exigeant la suppression de certains posts ou l’impossibilité pour les utilisateurs en Israël de les regarder, a fait savoir le magazine dans lequel écrivent des journalistes à la fois palestiniens et israéliens.

« Dans un courrier électronique lu par +972, en date du 2 août, 2016, le service juridique de Twitter a notifié au blogueur américain Richard Silverstein que le procureur israélienne avait prétendu qu’un de ses tweet violait la loi israélienne », a déclaré le magazine en ligne.

« Silverstein a révélé dans ses derniers articles des faits dont les journalistes israéliens ont été incapables de rendre compte en raison d’instructions de se taire, y compris le cas Anat Kamm, » a ajouté le magazine.

Twitter avait demandé au blogueur américain de supprimer la référence à son article et devant son refus d’obtempérer, tout en prétendant ne pas être lié par la loi israélienne, Silverstein a été informé que ses messages ont été bloqués en Israël.

« Conformément à la loi applicable et à nos politiques, Twitter retient à présent le(s) Tweet (s) suivant(s) en Israël, » a rapporté +972 Magazine en citant la compagnie Twitter basée en Californie.

Cette décision survient dans le cadre de la dernière campagne de répression des autorités israéliennes contre les militants non-violents à l’intérieur d’Israël et à l’étranger, notamment contre le mouvement BDS.

En juin, les autorités israéliennes d’occupation ont collaboré avec le géant de l’Internet Facebook dans le but de lutter contre les militants anti-occupation et pour le BDS qui ont recours à des tactiques non-violentes telles que le boycott.

Facebook a nommé dans ses bureaux en Israël comme conseiller principal pour la politique et la communication, Jordana Cutler qui est depuis longtemps conseillère du Premier ministre Binyamin Netanyahou.

Facebook a depuis bloqué toute une série de campagnes de messages pro-palestiniens et gelé un certain nombre de comptes d’utilisateurs de son site.

La censure sur Internet est la plus importante dans les pays associés à la répression de l’opposition politique, et qui ont fait l’objet de larges critiques de la part des groupes de défense des droits de l’homme.

10 août 2016 - The New Arab


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.