1er juillet 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Près de 600 compagnies israéliennes mouillées jusqu’au cou dans le scandale des Panama Leaks

jeudi 7 avril 2016 - 16h:05

Haaretz

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


La fuite de documents d’un cabinet d’avocats panaméen révèle l’existence de sociétés fictives liées à des avocats et des hommes d’affaires israéliens de premier plan.

JPEG - 36.2 ko
Dans les trafics en tout genre, les compagnies israéliennes ont toujours été dans le peloton de tête

Quelque 600 entreprises israéliennes et 850 actionnaires israéliens sont énumérés dans les documents divulgués du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, un chef de file dans la création de sociétés fictives qui servent souvent à dissimuler la propriété des actifs.

Les fichiers fuités, qui ont été obtenus par le journal allemand Süddeutsche Zeitung puis partagés avec Haaretz par le Consortium international des journalistes d’investigation et d’autres organisations de médias, donnent un aperçu de l’économie qui jusqu’à présent avait été cachée au public israélien.

Il y a un certain nombre de grands noms parmi les actionnaires. Il est important de noter que, si des participations dans une entreprise et dans ses revenus - le cas échéant - sont déclarées aux autorités fiscales israéliennes, la propriété de la dite entreprise n’est pas contraire à la loi.

La branche de Mossack Fonseca en Israël est dirigé par l’avocat Amir Maor. Si l’on appelle par téléphone la branche en question, on est informé par un message vocal annonçant que l’on est en contact avec les bureaux de la Company for Establishing Companies.

Joint par téléphone, Maor a déclaré que Mossack Fonseca a informé sa branche israélienne la semaine dernière que les fichiers avaient été volés après que ses systèmes informatiques aient été violés. « Toute information que vous utilisez [de ces fichiers] correspond à l’utilisation de données volées », a-t-il dit, refusant de faire de plus amples commentaires.

Les fichiers divulgués mentionnent Sapir Holdings, une société enregistrée en 2002 dans les îles Vierges. Le propriétaire et seul administrateur était l’avocat de premier plan Jacob Weinroth. Il a été inculpé pour blanchiment d’argent à la fin de 2009 et a été acquitté deux ans plus tard de toutes les accusations portées contre lui.

Au cours du procès, il est apparu que la société avait reçu 30 millions de shekels (7,95 millions de dollars), pour services rendus, de l’entrepreneur ouzbek-israélien Michael Cherney et l’homme d’affaires russo-israélien Arcady Gaydamak.

La frauduleuse transaction immobilière de 2002 avec le Patriarcat orthodoxe grec a également été soulevée à la même occasion. La transaction avortée - dans laquelle des terrains extrêmement chers dans Jérusalem étaient offerts à l’État d’Israël pour un bail de 999 ans - était destinée à être menée par Christian Lands of Israel, une société créée par Mossack Fonseca et que représentait Weinroth. Les documents de la société, comme ceux qui demandent une procuration pour Weinroth, sont parmi ceux trouvés dans les fichiers divulgués.

Un autre avocat israélien de haut niveau qui apparaît dans les documents de Mossack Fonseca est Dov Weisglass, qui était aussi le chef du bureau du Premier ministre Ariel Sharon. Le partenaire en affaires de Weisglass, l’avocat Assaf Halkin, a fait enregistrer quatre entreprises par l’intermédiaire du cabinet d’avocats panaméen.

Weisglass était le seul et unique propriétaire d’une de ces sociétés, Talaville Global, qui a été enregistrée dans les îles Vierges britanniques en mai 2012. Son objectif déclaré, selon le formulaire d’inscription de la société, était la promotion des transactions immobilières en Europe orientale. Sept mois plus tard, toutes les actions de Talaville Global ont été hypothéquées contre un prêt de la Banque Raiffeisen, basée à Vienne.

En réponse à une enquête de Haaretz, Weisglass et Halkin ont expliqué que la société « a été enregistrée dans le but de recevoir un prêt de la banque, afin d’investir dans des propriétés européennes. La banque ne permettait un prêt qu’à une société. » Ils ont ajouté que « l’activité de l’entreprise est rapportée aux autorités fiscales en Israël. La taxe requise sur ladite activité est payée en Israël. »

Une autre entreprise que Halkin a établi à l’étranger est GFI Technologies. Celle-ci a été enregistrée en mai 2013 à l’île d’Anguilla, afin d’investir dans une société albanaise high-tech. Selon les dossiers liés à Halkin, un citoyen albanais nommé Ismail Mulati et une entreprise canadienne appelée Global Fluids International S.A. sont les propriétaires de l’entreprise.

Halkin n’a pas répondu à une enquête par Haaretz pour savoir quels types d’investissements la société a réalisés, le cas échéant, mais il a fait remarquer que l’objectif de la société est de « vendre de la technologie dans le domaine des carburants. » Il a ajouté que « tous les revenus des actionnaires israéliens sont signalés aux autorités fiscales israéliennes. »

Bien que la majeure partie du public israélien n’est pas familiarisée avec son nom, l’un des hommes d’affaires israéliens les plus éminents figurant dans les documents divulgués est Jacob Engel. Il est principalement actif dans le secteur minier africain à travers les groupes Elenilto et EngelInvest.

L’an dernier TheMarker a rapporté que Elenilto avait remporté l’appel d’offres international du gouvernement du Togo pour la construction et le développement d’une mine de phosphate et d’une usine d’engrais qui devraient coûter 1,4 milliard de dollars. Le groupe Elenilto a remporté un énorme appel d’offres en 2010 pour une mine de minerai de fer au Libéria, mais il a vendu la concession après un an et demi à la compagnie indienne Sesa Goa, pour la somme de 90 millions de dollars.

Le groupe EngelInvest a fait enregistrer cinq entreprises par Mossack Fonseca. Engel lui-même ou des sociétés qu’il possède, contrôlent directement certaines d’entre elles.

Cependant, la connexion est plus floue avec certaines des entreprises. Par exemple, en 2012, EngelInvest a enregistré une société appelée TDNN à Anguilla, dont le seul propriétaire et directeur était le colonel de réserve Olivier Rapowitz. L’objectif déclaré de l’entreprise est l’activité minière en République démocratique du Congo. Rapowitz, qui au cours des dernières années de service, agissait en tant qu’émissaire du Fonds national juif en Belgique, a refusé de répondre à une enquête de Haaretz sur la question.

Une autre société enregistrée par EngelInvest à Anguilla est Irisgianman. A part l’enregistrement lui-même, il est difficile d’identifier la connexion entre la filiale et la société mère. L’objectif de la nouvelle société, qui a été créée en octobre 2011, est l’activité minière en Éthiopie. Ses actionnaires, selon les documents d’enregistrement, sont deux Israéliens - une dénommée Iris Levenstein et l’autre identifié comme Y. - et Valona Giancarlo, un ressortissant italien résidant à Addis-Abeba.

Levenstein a déclaré à Haaretz que même si elle est inscrite à titre d’actionnaire, elle n’a rien à voir avec les activités de la société. « Les actions sont inscrites en mon nom, mais elles ne sont pas à moi », dit-elle. « Elles sont détenus par Y. » En réponse à une enquête de Haaretz, Levenstein a ajouté que les actions sont enregistrées pour des « raisons historiques », mais sans rien expliquer de plus. Haaretz n’a pas pu localiser Y. par manque de temps, et Jacob Engel a refusé tout commentaire.

L’homme d’affaires israélien Idan Ofer est également mentionné dans les documents dans le cadre de certaines des entreprises. En 2008, il a été nommé administrateur et actionnaire unique d’une société appelée Golden Glade Properties Ltd, qui a été établie dans les îles Vierges britanniques. Le nom de la société a été changé plus tard pour devenir Golden Aviation, et Ofer a été remplacé par John Frank Megginson et David Upton Tugman en tant que co-administrateurs et respectivement président et vice-président.

Selon les documents, les actions de Ofer ont été transférées en 2013 à Peymas Enterprises, une société qui a signé un prêt hypothécaire pour l’achat d’un avion avec la JP Morgan Bank. En outre, Ofer a été enregistré en tant que propriétaire et directeur de la compagnie Joleam Ltd, qui a été enregistrée en 2009 dans les îles Vierges britanniques, ainsi que de la compagnie Compass Aviation Ltd, enregistrée au même endroit en 2008.

Udi Angel, partenaire en affaires de Older et actionnaire de Israël Corp., l’une des plus grandes sociétés de gestion de portefeuilles d’Israël, est enregistré en tant que directeur de l’entreprise. Le porte-parole d’Ofer n’a pas répondu aux questions sur ses participations dans ces entreprises, ni sur leurs opérations.

Il y a beaucoup de correspondances transitant entre la Leumi Bank et le cabinet d’avocats basé à Panama. La plupart d’entre elles traitent de la succursale de la Leumi Bank à Jersey dans les îles anglo-normandes, qui fournit un abri fiscal à ses clients.

C’est la même île sur laquelle le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait un compte bancaire auprès de la branche locale de la Royal Bank of Scotland. Il y a aussi des messages destinés à des clercs dans diverses banques israéliennes qui gèrent les affaires de leurs clients dans des abris fiscaux, ou sont en contact avec des avocats israéliens qui représentent différents clients. En octobre dernier, la Leumi Bank a annoncé qu’elle allait fermer sa branche à Jersey.

La Leumi Bank est dans une position vulnérable sur le sujet de la fiscalité internationale, après avoir été soumise à enquête par les autorités fiscales américaines en décembre dernier. La banque a été contrainte de payer une amende de 1,5 milliard de shekels pour avoir aidé des clients américains à pratiquer l’évasion fiscale. L’enquête n’avait pas été connectée à la branche de la banque à Jersey.

L’un des clients israéliens de la branche de Jersey de la Leumi Bank est le milliardaire Teddy Sagi, qui a fait fortune dans le développement de la technologie de jeu en ligne en Angleterre et dans d’autres endroits à travers le monde.

Sagi vit entre Israël et l’Angleterre. Au cours des dernières années, il a développé Camden Market, une société de transactions immobilières. Sagi est inscrit en tant qu’actionnaire unique d’au moins 16 sociétés offshore enregistrées par Mossack Fonseca, dont la plupart s’occupent d’immobilier.

La succursale de la Leumi Bank à Jersey fournit des services à un certain nombre de ces entreprises. Les documents révèlent que certains des responsables de la branche appartiennent également aux conseils d’administration de certaines sociétés offshore appartenant à Sagi.

Darren Toudic et Chris Lees sont tous deux identifiés, selon des e-mails, en tant que membres du conseil d’administration de la succursale de la Leumi Bank à Jersey. Lees est également membre du conseil d’administration de Meadow Property. Toudic siège au conseil d’administration de la Camden Market Holding Corporation, qui - si on se base sur son nom - est très probablement reliée au projet Camden.

Une autre correspondance relative à la branche de Jersey parle de réunions informelles et d’affaires entre les agents de Mossack Fonseca et les représentants de la banque. A l’occasion de parties de golf ou de barbecues, ils discutent des contrats de la banque avec le cabinet d’avocats panaméen.

Les associés de Teddy Sagi prétendent qu’il n’a pas mis en place les entreprises, mais qu’il les a achetées. En ce qui concerne les membres du conseil d’administration, les associés ont déclaré que leurs activités faisaient partie des services fournis par la Leumi Bank.

La Leumi Bank a déclaré que sa branche de Jersey fonctionnait dans le cadre de la loi, et de la réglementation définie par la Commission des services financiers de Jersey. « Naturellement, nous sommes incapables de discuter des problèmes spécifiques à un client, en raison du secret bancaire », a déclaré un des représentants de la banque.

La Leumi Bank a également signalé que la vente des activités de la succursale de Jersey « s’inscrivait dans la politique de la banque de diminuer son activité internationale. »

3 avril 2016 – Haaretz - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.haaretz.com/world-news/1...
TRaduction : Info-Palestine.eu - Lotfallah


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.