1er juillet 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Egypte : l’exécution du Président Morsi serait un crime impardonnable

vendredi 17 juillet 2015 - 12h:07

MEM

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Yahia Hamid, aujourd’hui principal dirigeant de la Confrérie Musulmane, a mis en garde le régime d’Abdel Fatah al-Sisi’s contre son intention de faire exécuter le premier Président librement élu de l’Egypte, Mohammad Morsi.

JPEG - 56.9 ko
Le Président Mohammad Morsi, aujourd’hui sous le coup d’une condamnation à mort, a été le premier président élu en Egypte dans le cadre d’un processus démocratique - Archives : MEM

Il a précisé que ce passage à l’acte causerait un tremblement de terre dans la région, et aurait des répercussions dont seul Dieu connait l’ampleur.

L’ex-ministre de l’investissement a ajouté dans une déclarations faite à Arabi21 que le régime égyptien est illégitime et que le dictateur en place ne fait que patauger.

Il estime aussi que tant que Morsi sera vivant, al-Sisi continuera à être hanté par l’épée de la légitimité que représente le président élu, à tout moment et en tous lieux.

C’est la raison, ajoute-t-il, pour laquelle le régime de Sisi veut faire appliquer les peines de mort, pensant que ce sera une solution pour sa posture fâcheuse. Il a prévenu aussi que si al-Sisi faisait exécuter Morsi, le sang de celui-ci sera une malédiction qui les hantera, lui et son régime, comme ses alliés.

Faisant des commentaires sur les communiqués de presse non confirmés et contradictoires disant que l’Arabie Saoudite négocierait secrètement pour convaincre al-Sisi de ne pas exécuter Morsi, et que le chef des putschistes n’a jusqu’ici pas répondu franchement, Hamid a indiqué : « Je le dis haut et fort : ceux qui ont publiquement facilité et soutenu le coup de force, devraient intervenir pour [empêcher l’exécution], et publiquement. Dans le cas contraire, ils seront complices du crime commis contre le Président courageux qui défend son pays. Ce sera même un crime commis contre chaque Egyptien libre. »

« Je dis aux chefs des États du Golfe, et au premier d’entre eux, l’Arabie Saoudite, ’votre silence est inacceptable. Il ne peut être ni compris ni défendu. Il équivaut à donner le feu vert pour que le crime de l’exécution ait lieu’. »

Hamid a conclu ses déclarations en disant : « Si le traître poursuit son projet et exécute le Président, ceci mènera à un tremblement de terre dont Dieu seul connait les répercussions. »

Lire également :

- Le dictateur Sisi mène l’Egypte à la catastrophe - 2 juillet 2015
- Face à l’injustice et à la tyrannie, le Président Morsi oppose courage et dignité - 22 juin 2015
- Le prix de la liberté en Égypte, c’est la mort ! - 23 mai 2015
- La condamnation du président Morsi est une parodie de justice et une tragédie pour l’Egypte - 25 avril 2015
- Égypte : plus de 700 opposants à la dictature condamnés à mort - 14 avril 2015
- Égypte : Mahmoud Ramadan, mis à mort pour l’exemple après un procès inique - 10 mars 2015
- La peur de l’Islam politique : pourquoi les gouvernements arabes ont trahi Gaza - 29 août 2014

16 juillet 2015 - Middle East Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
https://www.middleeastmonitor.com/n...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.