7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Echec de l’OLP dans la crise de Yarmouk

mercredi 13 mai 2015 - 05h:30

Ahmad Melhem

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


La crise du camp de réfugiés de Yarmouk, suite à la prise de contrôle du camp par les forces du Califat, révèle l’impuissance de l’OLP, parti à qui incombe la responsabilité de gérer la situation des réfugiés palestiniens partout dans le monde.

JPEG - 122.1 ko
Des habitants du camp de réfugiés de Yarmouk à Damas font la queue pour obtenir un peu d’aide humanitaire, le 11 mars 2015 - Photo : Reuters

Ramallah, Cisjordanie – La crise dans le camps de réfugiés palestiniens de Yarmouk à Damas est devenue un défi pour l’OLP, qui jusqu’à ce jour a été largement incapable d’y trouver une solution. Selon Anwar Abdul Hadi, directeur du Bureau de l’OLP, à Damas, la crise dans le camp s’est encore dégradée suite à la prise de contrôle par le Califat (ISIS) de 90 % du camp, début avril.

La faiblesse de l’OLP s’est révélée dans les positions conflictuelles et confuses concernant la solution à mettre en œuvre pour le camp.

Ahmad Majdalani, membre du Comité exécutif de l’OLP annonçait lors d’une conférence de presse le 9 avril à Damas que des factions dans le camp s’étaient mises d’accord pour mener une opération militaire en coordination avec le régime syrien, afin d’expulser du camp les forces du Califat. Le même jour, l’OLP publiait un communiqué rejetant toute solution militaire, contrairement à l’annonce de Majdalani.

Khaled Abdulmajid, secrétaire de l’Alliance des Factions Palestiniennes en Syrie, a récusé les déclarations conflictuelles de l’OLP et, dans un rapport au quotidien libanais al-Akhbar le 17 avril, il a accusé le Président Mahmoud Abbas de vouloir faire pression de la part de l’Arabie saoudite et du Qatar, qui rejettent une intervention militaire palestinienne dans le camp.

L’OLP est considérée comme étant « le représentant légitime du peuple palestinien » et son département des réfugiés, dirigé par Zakaria al-Agha, membre du comité exécutif, est responsable des réfugiés palestiniens dans le monde entier. Selon l’OLP, quelque 200.000 Palestiniens résidaient dans le camp avant la guerre syrienne. Depuis, 18.000 réfugiés y résidaient avant que le Califat en prenne le contrôle. Le 5 avril, le département annonçait l’évacuation de 2.000 réfugiés via des passages sécurisés, vers des quartiers de Damas qui sont sous le contrôle du régime syrien, laissant donc 16.000 Palestiniens coincés ans le camp.

Selon des sources du Comité exécutif de l’OLP parlant dans l’anonymat, l’OLP aurait décidé d’envoyer une délégation à Damas pour discuter la crise de Yarmouk. Sa visite a été postposée à la demande du gouvernement syrien en raison de la situation interne en Syrie. Une nouvelle date sera fixée pour accueillir la délégation, a dit Majdalani sans précision.

Majdalani a dit à al-Monitor qu’après la prise de contrôle du camp par le Califat, la situation sécuritaire et humanitaire est devenue tragique dans le camp de Yarmouk, puisque le Califat a décidé de faire du camp un quartier général pour les attaques contre le coeur de la capitale Damas.

« La solution politique que nous recherchions avec les parties contrôlant Yarmouk s’est arrêtée face aux arrestations et aux assassinats collectifs de réfugiés, ce qui nous a fait passer rapidement à l’action en accord avec le gouvernement syrien, afin de fournir des corridors humanitaires, des abris sécurisés et une aide humanitaire de base aux réfugiés déplacés » a ajouté Majdalani.

Interrogé sur les commentaires contradictoires de l’OLP sur l’accord conclu en Syrie, Majdalani dit : « Le principal problème est que le camp se situe en territoire syrien et qu’il est donc sous la responsabilité du gouvernement syrien. C’est ce gouvernement qui décide de la façon qu’il estime appropriée de maintenir la sécurité des citoyens palestiniens et syriens. C’est le gouvernement syrien qui décide de la solution de sécurité, pas nous ».

Lors d’un sit-in qui s’est tenu devant le QG de l’OLP à Ramallah, des militants palestiniens ont accusé l’OLP d’avoir échoué à sauver les réfugiés de Yarmouk.
La crise du camp de réfugiés a entraîné un débat en Palestine sur la responsabilité de l’OLP envers les Palestiniens réfugiés, surtout à la lumière de sa faiblesse et de son impuissance à mettre en œuvre une réforme dans l’organisation basée sur l’accord e réconciliation palestinienne (Accord du Camp de réfugiés de la Plage à Gaza), signé le 23 avril 2014.

Les factions palestinienne étaient parvenues à un accord au Caire en 2005 pour la formation d’une direction temporaire de l’OLP intégrant le Hamas et le Jihad Islamique, premier pas en direction d’une réforme. Mais 10 ans plus tard, cet accord n’a pas été finalisé.

La crise de Yarmouk a ramené à la surface l’incapacité de l’OLP à gérer le camp de réfugiés de Nahr al-Bared au Liban, qui avait été détruit par les combats entre l’armée libanaise et des militants de Fatah al-Islam, le 20 mai 2007.

Omar Shehadeh, membre du Conseil central de l’OLP et dirigeant du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP), a déclaré à al-Monitor : « L’OLP échoue à protéger les réfugiés dans les camps dans le contexte de la conspiration en cours contre la cause palestinienne ». Selon lui, « Yarmouk est le témoin d’une nouvelle Nakba, qui vise à déplacer les Palestiniens et à anéantir leur droit au retour. Il est indubitable que l’application par l’OLP de la solution US et de l’Accord d’Oslo l’ont privée de sa capacité à accomplir sa mission à l’égard des réfugiés et des camps. Cela a également déboussolé la direction de l’OLP en la rendant incapable d’affronter les défis en Palestine occupée et à l’extérieur, de là, cette situation d’aujourd’hui à Yarmouk ».

Pour sa part l’écrivain et analyste politique Khalil Shahin dit que l’OLP n’a plus aucune présence institutionnelle qui lui permettrait de protéger les communautés palestiniennes, en particulier dans les zones qui sont à feu et à sang et où l’existence même des Palestiniens et leur droit à vivre et à exister sont affectés. Dans une interview donnée à al-Moitor, Shahin ajoute que « le rôle de l’Autorité palestinienne est devenu prioritaire sur le rôle de l’OLP, qui en a été réduite à un poste mineur dans le budget de l’AP. L’AP est responsable de l’absence du centre directeur unifié et de l’institution représentative du peuple palestinien, qui est l’OLP. Les membres et le président du Comité exécutif semblent jusqu’à présent incapables d’adopter une position claire et précise concernant la défense des réfugiés à Yarmouk. La position adoptée est toujours floue, sans vision spécifiue pour protéger les Palestiniens de Yarmouk ».

Sur la position qu’adoptera la délégation OLP à Damas, un membre du Comité exécutif de l’OLP, secrétaire général du Parti du Peuple palestinien, Bassam al-Salhi, a déclaré à al-Monitor : « La position palestinienne consiste à chercher des moyens de protéger notre peuple dans le camp via une position unifiée sur laquelle toutes les faction s’accordent, que ce soit pour la défense du camp ou pour d’autres options ».

Comme l’Autorité palestinienne domine le centre de décision palestinien dans le contexte de la marginalisation du rôle de l’OLP à prendre des décisions et à activer son institution depuis les Accords d’Oslo, et comme l’OLP a échoué à réformer et à reconstruire l’organisation, elle restera incapable d’accomplir son mandat à l’égard des millions de réfugiés dispersés dans le monde.

JPEG - 9.6 ko

* Ahmed Melhem est journaliste et photographe, basé à Ramallah. Il travaille également pour Al-Watan News

Du même auteur :

- Les partis arabes appellent à l’unité en vue des élections israéliennes - 29 décembre 2014
- La révolte de la jeunesse à Jérusalem conduira-t-elle à un soulèvement ? - 7 novembre 2014
- La vente des produits israéliens en Cisjordanie chute de 50% en raison du boycott - 4 septembre 2014
- Pendant que la guerre sévit à Gaza, les affrontements s’intensifient en Cisjordanie - 18 juillet 2014

28 avril 2015 - al-Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu - AMM


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.