7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Exodus : une opération de propagande

mercredi 28 janvier 2015 - 20h:24

Jacques Bude

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Israël, refuge des juifs menacés ?

JPEG - 71.7 ko
Le bateau Exodus, affrété par la Haganah, après qu’il ait été investi par les soldats anglais - Photo : Wikipedia

Selon son mythe fondateur, l’État d’Israël serait l’incarnation de la vocation à “sauver les Juifs“, à être un foyer d’accueil pour les rescapés du Génocide et le seul havre de sécurité pour les Juifs persécutés du monde entier. Selon la Déclaration d’Indépendance d’Israël du 14 mai 1948, “La Shoah qui anéantit des millions de Juifs en Europe, démontra à nouveau l’urgence de remédier à l’absence d’une patrie juive par le rétablissement de l’État juif dans le pays qui ouvrirait ses portes à tous les Juifs“. C’est, encore aujourd’hui, l’élément essentiel de la propagande israélienne. Pourtant …

Au début de l’été 1947, près de 4500 Juifs réfugiés dans des camps pour personnes déplacées installés en Allemagne ont été regroupés hâtivement et sans aucune présélection par les agents du Mossad le-Aliyah Bet – section de la Hagana chargée de l’immigration clandestine.[1] Ce groupe hétéroclite qui comprenait des vieillards, des handicapés, des femmes enceintes et des enfants en bas âge, a été transporté clandestinement jusqu’à un port du sud de la France – Port-de-Bouc – et embarqué pour la Palestine le 11 juillet 1947 sur un navire – le Président Warfield rebaptisé Exodus – acheté par le Mossad. Seuls une poignée des passagers étaient adhérents d’organisations sionistes et nombre d’entre eux étaient même candidats à l’émigration vers d’autres pays que la Palestine.

Dès le départ du navire, sa destination était connue de tous. Des vaisseaux et un avion britanniques lui faisaient escorte. Le voyage tout entier était un acte de protestation politique, une manifestation maritime destinée à affronter le blocus britannique de la Palestine sous les yeux de l’opinion mondiale. Arrivé en vue du littoral palestinien, l’Exodus fut, comme prévu, arraisonné par les Britanniques au terme d’un combat inégal qui fit 3 morts et des dizaines de blessés parmi les réfugiés.

La résistance des réfugiés à être embarqués sur les navires britanniques et les affrontements violents auxquels elle donna lieu, avaient été orchestrés pour coïncider avec la présence de la Commission spéciale des Nations Unies pour la Palestine (UNSCOP) qui agissait dans le cadre du débat en cours sur la partition de la Palestine mandataire. De fait, plusieurs membres de cette commission dont la présence sur le site de ces événements n’était pas due au hasard, purent y assister personnellement.

Les Britanniques décidèrent de renvoyer les réfugiés vers le port français d’origine à bord de 3 navires. À Paris, le gouvernement dirigé par Léon Blum – Juif rescapé du camp du concentration de Buchenwald – dont la sympathie pour les réfugiés ne fait aucun doute, rejeta l’exigence britannique de débarquer de force les réfugiés sur le sol français tandis que ces derniers, encouragés par les agents sionistes présents à bord des navires, refusaient eux aussi de mettre pied à terre. Les trois vaisseaux britanniques et leurs passagers restèrent en rade au large des côtes françaises pendant près d’un mois. Vers la fin du mois d’août, les Britanniques renvoyèrent les réfugiés en Allemagne.

Depuis Londres avec l’aide de Léon Blum à Paris, Chaïm Weizmann – personnalité sioniste prestigieuse qui sera le premier Président de l’État d’Israël – essaya d’empêcher la déportation des réfugiés vers l’Allemagne par une solution provisoire sur le sol de la France ou d’un autre pays européen afin de leur éviter le cauchemar d’un retour au pays des exterminateurs. Ben Gourion intervint pour le dissuader de poursuivre ses efforts.

Des membres du gouvernement britannique s’efforçaient eux aussi de trouver une solution à la crise. Ils demandèrent notamment aux autorités de Copenhague de permettre aux réfugiés de débarquer au Danemark. La Direction de l’Agence juive est intervenue auprès du Premier Ministre danois pour lui demander de s’abstenir d’exiger des réfugiés qu’ils mettent pied à terre ailleurs que sur le rivage de la patrie qu’ils avaient choisie, la Palestine.

Toutefois – c’est crucial à mon propos – ni les autorités sionistes ni leurs agents présents à bord des navires ne se sont opposés au débarquement des réfugiés en Allemagne qui pourtant n’était pas la patrie qu’ils avaient choisie. Ainsi, non seulement les dirigeants sionistes ne firent aucun effort pour épargner aux passagers de l’Exodus le traumatisme d’un retour en Allemagne mais ils s’employèrent activement à faire obstacle à tout ce qui aurait pu l’empêcher.

Dès que les recommandations de la Commission des Nations Unies concernant la partition de la Palestine furent rendues publiques le 1er septembre 1947, l’Exodus a cessé d’être évoqué par les autorités sionistes. Pourtant c’est précisément à ce moment-là que les réfugiés étaient déportés vers l’Allemagne. “Quand l’un des agents sionistes qui avaient accompagné les réfugiés pendant tout leur périple rentra en Palestine et rapporta à Ben Gourion les « manifestations d’héroïsme juif » dont il avait été témoin à bord de l’Exodus, Ben Gourion rétorqua, impatient : « Tout çà, c’est fini. C’est du passé. Il faut se tourner vers l’avenir … il y a d’autres problèmes, autrement graves »“.[2]

Le calvaire des passagers de l’Exodus était une opération de propagande orchestrée par les plus hautes autorités de la communauté juive implantée en Palestine, notamment par Ben Gourion en personne. Il ne s’agissait nullement de permettre à des rescapés du nazisme de trouver refuge en Palestine. Avec la publicité délibérément donnée à cette opération soi-disant clandestine, il était évident dès le départ que les autorités britanniques s’opposeraient au débarquement des passagers de l’Exodus. Toute l’opération avait été minutieusement programmée afin que des affrontements violents entre des rescapés du génocide et les forces britanniques se produisent en présence des membres d’une Commission spéciale qui agissait dans le cadre du débat à l’ONU sur la partition de la Palestine mandataire. On notera que cette mise en scène de l’agression de survivants du Génocide se déroule au cours de l’été 1947, soit 2 ans seulement après la découverte des horreurs du nazisme qui avait généré dans l’opinion mondiale une immense sympathie pour ceux qui avaient survécu. Cette cynique opération de propagande qui instrumentalisait la destruction des Juifs d’Europe en faveur de la création de l’État d’Israël, a parfaitement réussi.

L’opération Exodus montre à l’évidence que, contrairement à ce proclament le mythe fondateur de l’État d’Israël et la propagande israélienne, servir de refuge à des Juifs persécutés n’était pas, loin s’en faut, la priorité des plus hautes autorités sionistes de l’époque. Il s’agit en fait d’une des innombrables manifestations de l’ultranationalisme sioniste devenu israélien, de la primauté absolue du service la nation – la “Terre d’Israël“ (Erètz Israël) – sur tout le reste.

* Jacques Bude Jacques Bude est Professeur émérite de psychologie sociale de l’Université libre de Bruxelles. Mère et père assassinés à Auschwitz. "Enfant caché" sauvé au prix d’énormes risques et sans la moindre rétribution par des gens d’ici, chez nous en Belgique.

Du même auteur :

- Le sionisme et l’exploitation de l’antisémitisme : l’accord Haavara signé en 1933 entre les autorités sionistes et nazies - 19 janvier 2015
- Israël ou la primauté du colon armé - 8 septembre 2014
- La « Conférence de paix » occulte la destruction de la Palestine - 2 octobre 2013
- L’Appel au dialogue de paix occulte la destruction de la communauté palestinienne - 19 octobre 2011
- La destruction officielle des communautés palestiniennes en Israël-Palestine - 14 octobre 2011

1e septembre 2014 - Transmis par l’auteur - Article précédemment publié sur le site de l’ABP :
http://www.association-belgo-palest...


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.